Retro-test Olympus E-P3

Utilisateur d'un Olympus E-450, je me suis offert un E-P3 afin de profiter des avancées techniques.  J'utiliserai mon E-450 comme point de comparaison.

Tout d’abord, je tiens à préciser que je viens de loin. Un e-450 tient au maximum 400 iso avant d’avoir du bruit, aucune stabilisation, viseur ultra étroit, une dynamique catastrophique, focus 3 points de l’an 2000… Bref un vieux machin qui n’a pas moins de belles qualités : un poids faible, un mode live view (à l’époque c’était une innovation), un anti-poussière efficace, et un capteur CMOS de 10 mégapixels offrant une qualité d’image plutôt bonne.

Je fais ce point car évidemment un E-P3 sera forcément mieux biaisant mon avis.

Le design et ergonomie

Surement l’un des meilleurs points du E-P3, quasiment réalisé à 100% en métal. Le touché est bon, les matériaux sont bien choisis et assemblés. De même, aucun craquement ne survient. Comparé à d’autres petits hybrides (style GF3), le pendant du métal se situe au niveau poids, tout en restant acceptable.

La poignée, quoi que petite, permet de bien saisir l’appareil, même avec des longues mains comme les miennes. La molette verticale est un peu dure, quant à la roue codeuse, elle est souple et rapide.

Pour finir, l’écran, point essentiel sur un hybride, est bien contrasté (OLED de 600k points), légèrement sous défini par rapport à des appareils vus en boutique. On voit tout de même correctement le piqué général d’une photo avec la fonction zoom.

Bref, une ergonomie agréable, et même s’il y a quelques défauts, on a envie de faire des photos avec !

 

Interface

 

On s’y perd ! Il est possible de s’approcher de l’interface d’un E-450 avec un panneau central où chaque option est rapidement accessible. Il faudra tout de même penser à l’activer, ou sinon, l’interface de base nous donne droit à des bandes déroulantes verticale et horizontale. Avec le coup de main, on retrouve et on change rapidement les options (je galère toutefois à retrouver certaines fonctions comme le bracketing). Ayant testé un panasonic G5, j’ai trouvé l’interface mieux foutu avec plus d’indications et de fonctions.

 

Le capteur

Essentiel dans la note finale, il est hélas mauvais. En condition normale, il offre une qualité d’image très piquée. Lorsque les conditions se détériorent, la montée en ISO se réduit à une plage de 200 iso à 800 iso. Shootant en Raw, le processeur n’est d’aucune utilité alors que ce dernier est plutôt bon en jpeg et semble efficace contre le bruit. Quant à la dynamique, Dxomark note l’appareil avec 10EV, une note identique à l’E-450.

L’AF s’avère assez rapide, à condition, encore une fois, qu’il y ait assez de lumière. Dans le cas contraire, notamment une surface plate dans la pénombre, l’AF ne s’en sortira pas.

Pour conclure, vous l’aurez compris, il vous faudra un objectif qui ouvre grand ou un trépied pour faire de belles images de nuit ou en intérieur. Concernant la dynamique, il faudra bien régler son appareil, récupérer sous lightroom les clairs et les foncés, utiliser un filtre gris dégradé…

Vidéo

Décevante et peu intéressante. L’autofocus sur l’écran, bien pratique en mode photo, n’existe pas dans les modes vidéos. Il n’est pas possible de changer l’ouverture. Ainsi, le seul moyen de réaliser une vidéo correcte est d’utiliser la bague manuelle de focus de l’objectif.

Objectifs achetés

12-50mm olympus : Mou à f3,5 et à f5,6, il commence à être sympa à f8 en général. Les deux extrémités de la focale sont légèrement moins piquées que le reste. Le mode macro avec un rapport de grossissement de 1:3 permettra de réaliser quelques créations sympas si la zone est correctement éclairée (le mode macro est à 43mm f6) je ne l’ai pas encore testé en profondeur.

45mm olympus : piqué excellent à f1,8 au centre. Des bokehs sympas en portrait ou sur des objets. Voir les autres avis à ce sujet, je les rejoins.

19mm Sigma : un petit bijoux en tenant compte de son prix (137€), assez gros, il dispose d’un piqué homogène que ça soit dans les bords ou le centre, aussi bon que le 45mm et utilisable de f2,8 à f8 sans soucis. De plus la focale est parfaite pour les reportages, comme le fût mon ancien 25mm olympus 4/3 dont j’étais follement amoureux.


 

Pour conclure, ce boitier est sympa, je suis content de l’avoir entre les mains de par son design et son ergonomie réussis. Peu encombrant, il me suit régulièrement. Les photos, grâce à la gamme optique micro 4/3, donne de bons résultats.

Lorsque les conditions seront dégradées (fort dynamisme / faible lumière), il faudra songer à ruser afin de maintenir des performances acceptables.

Il est actuellement à 100€ en occasion sur ebay. Un prix lowcost qui pourra servir d'essai à la photographie et de tremplin avant un OMD performant.


 

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : https://tommy-pi.ovh/index.php?trackback/33

Fil des commentaires de ce billet