Coup de gueule sur les statistiques étatiques

Ça m'énerve! Et contrairement à Helmut Fritz, le sujet est bien plus important que des soucis de strings....

1) Un taux de chômage bidon

Les stats trimestrielles fournies par l'INSEE, estimées ou corrigées, sont mal interprétées par les journalistes ou par les politiques. Actuellement, nous avons un taux de chômage légèrement en dessous de 10% de la population au sens du BIT (c'est à dire catégorie A, des personnes n'ayant pas travaillé durant le mois, et s'étant actualisées). On fait donc abstraction des personnes totalement découragées ne s'actualisant pas, des chômeurs en formation, des travailleurs à temps partiel percevant encore d'allocations... Vous vous êtes tous doutés que ces stats étaient pipeaux si toutes ces personnes étaient intégrées.

Par ailleurs, nous avons au total 65 millions d'habitants en France, 24 millions d'actifs, 6 millions de chômeurs, soit 18 millions de travailleurs "au travail". Parmi ces 18 millions, 6 millions sont des fonctionnaires ou assimilés. Donc il y a 12 millions de travailleurs dans le privé. Le taux de chômage n'est pas de 10% et quelques comme on voudrait nous le faire croire, il tourne plutôt aux alentours de 50%.

L'économie aurait besoin de créer 30-40% de plus d'emplois dans le privé qu'actuellement pour absorber la totalité des chômeurs. On considère qu'un emploi direct crée un autre indirectement (dont des fonctionnaires). Les statistiques sont normées au niveau international, cependant la façon dont elles sont interprétées, permettent de minimiser l'étendu du travail à accomplir pour que chacun ait un travail.

2) Un déficit mal interprété

Autre sujet, même logique, le déficit de l'état s'élève à 3% du PIB. Quel est le rapport entre le PIB et les recettes / dépenses de l'état? Aucun. Une entreprise ne mesure pas ses dépenses par rapport à l'ensemble de sa branche professionnelle mais par rapport à ses propres recettes.

Les dépenses de l'état (budget 2018) s'élèvent à 329 milliards, les recettes à 244 milliards, soit un solde négatif de -84 milliards d'€. Soit un déficit réel de 84/329=25%. Une entreprise normalement constituée n'aurait pas tenu longtemps. J'en conclus par ailleurs qu'il manque 84 milliards au caisse, sachant qu'il y a 60 milliards d'intérêts à cause de nos dirigeants qui ont préféré emprunter aux banquiers que frapper notre propre monnaie. Pour équilibrer le budget, c'est simple, ne réduisons pas les dépenses, augmentons les recettes. Si on double l'IS (taxation à 66% sur les bénéfices des entreprises) et on double l'IR (certains seront imposés à 200% de leurs revenus), on pourra enfin équilibrer le budget de l'ogre soviétique, environ 90 milliards en plus. Mélenchon l'a rêvé, Tommy-pi l'a réalisé!

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : https://tommy-pi.ovh/index.php?trackback/37

Fil des commentaires de ce billet